Jeunes plans de pin issus de la régénération naturelle se frayant un passage entre les branches et les aiguilles tapissant le sol – ©Leslye LACROIX / Fonds ONF-Agir pour la forêt

En Gironde, la forêt de La Teste-de-Buch reprend vie !

Durant l’été 2022, les forêts girondines dont celle de La Teste-de-Buch, classée Forêt d’Exception® avaient été frappées par de terribles incendies. Un peu plus d’un an après, même si les dégâts sont toujours visibles, les actions menées par les forestiers ont porté leurs fruits et la nature a commencé à reprendre ses droits.
10/9/23

L’année 2022 a été une année sans précédent sur le plan climatique, d’une sécheresse et d’une canicule exceptionnelles. Ces conditions ont favorisé le départ et l’emballement de nombreux incendies de forêt en France, qui ont touché plus de 72 000 hectares sur le territoire national, soit pratiquement 100 000 terrains de foot. Soit sept fois la moyenne des 15 dernières années.

Cette catastrophe a suscité un formidable élan de générosité. Grâce à l’engagement d’une vingtaine d’entreprises et de centaines de particuliers, le Fonds ONF-Agir pour la forêt a collecté près de 2 M€ destinés en grande partie aux forêts de Gironde, qui comptaient pour 50 % des surfaces détruites. Ce soutien a été essentiel pour que les équipes de l’ONF puissent faire face à la situation et intervenir rapidement.

Le 3 octobre 2023, plus d’un an après les feux, les mécènes étaient invités en forêt domaniale de la Teste-de-Buch pour constater l’avancement des actions et travaux menés grâce à leur don.

En présence d’Olivier Rousset, directeur général adjoint de l’ONF, des équipes locales de l’ONF et de celle du fonds de dotation ONF-Agir pour la forêt, ainsi que des représentants des collectivités locales, la visite s’est déroulée dans un paysage portant encore les stigmates du drame, sur les sites d’accès aux plages du Petit Nice et de la Salie.

Le projet en vidéo

©Fonds ONF-Agir pour la forêt

Les études et travaux d’urgence

Pour les mécènes, cette visite a été l’occasion d’échanger avec des forestiers sur les conséquences des incendies en forêt et également de mieux comprendre les différentes phases qui conduiront à la reconstitution de la forêt :

  • La réalisation d’une étude de diagnostic exhaustif des dégâts a été menée sur la forêt et sur la dune. Ce travail a permis de cartographier précisément, grâce à des images satellitaires, la sévérité des dégâts et de planifier, prioriser et chiffrer les travaux d’exploitation, de sécurisation puis de restauration à venir.

  • L’exploitation et l’évacuation très rapide des bois brûlés, suivi d’un broyage des rémanents (bois morts et branches restés au sol) pour éviter une prolifération à l’ensemble du massif d’insectes ravageurs, les scolytes. Ceux-ci, favorisés par des conditions climatiques plus chaudes, prennent pour cible privilégiée les pins fragilisés par le feu, qui deviennent des noyaux potentiels de diffusion épidémique aux zones encore saines. Les peuplements restent sous surveillance et de nouveaux abattages sanitaires sont réalisés quand nécessaires.

  • La remise en état des équipements d’accueil du public : remplacement des poteaux de délimitation aux abords des routes et parkings, pose de ganivelles, réfection de pistes cyclables, enlèvement des équipements dangereux en vue de leur remplacement prochain.

Les fonds reçus, immédiatement mobilisables, ont servi à l’acquisition de matériels (broyeurs lourds, véhicules 4X4, drones…) et ont permis d’engager très rapidement ces premières interventions et la réouverture partielle des « plan-plages » sur le secteur de La Teste-de-Buch dès le 1er avril 2023.

Je tiens à remercier tous les mécènes qui nous ont accompagnés. Leurs financements étaient indispensables et ont été un levier significatif pour réenclencher une bonne dynamique forestière et réouvrir les sites au public."

Olivier Rousset, directeur général adjoint de l'Office national des forêts

Le choix de la régénération naturelle

Le chemin est encore long pour une cicatrisation complète des milieux. La nature est en train de reprendre ses droits et c’est le temps de l’observation. Il y a encore beaucoup à faire pour accompagner la reconstitution des peuplements.

Partout où cela est possible, l'ONF souhaite en effet favoriser la régénération naturelle. Durant les travaux d’exploitation, il avait été ainsi décidé de conserver les arbres dont le houppier était en majorité vert, dans l’espoir que la forêt se renouvelle d’elle-même, grâce aux graines présentes naturellement dans les cônes de pins. Le processus est enclenché, la forêt renaît : jeunes pousses de pins et rejets d’arbousiers reverdissent le paysage, où quelques chênes liège aux troncs noircis sont aussi repartis. 

L’agence territoriale ONF Landes Nord-Aquitaine a constitué une équipe de travail dédié à proposer des réflexions sur les techniques sylvicoles à mener sur ces sites incendiés :

  • surveillance de la reprise de la végétation,
  • stockage de semis de sécurité en cas de régénération éparse,
  • mise en place de placettes expérimentales (sous-division d'une parcelle sur lauquelle des observations sont faites) etc…
  • plantation de feuillus divers en complément du pin maritime, afin de renforcer la résilience de la forêt.

Étapes de la reconstitution

Les mécènes ont également pu assister à un survol de la forêt et de la dune par drone multispectral, une technologie qui représente un atout pour assurer la veille sanitaire, suivre la régénération et l’évolution de la dune, et également identifier les secteurs à risque d’incendies (forte quantité de bois morts au sol).

Une journée instructive de partage d’expérience, qui a mis en valeur toute la force du collectif et des financements croisés publics-privés pour répondre aux défis de la reconstitution post-incendies.

Un grand merci à tous nos mécènes !

La visite en images