API Restauration

API Restauration s'est engagée en faveur du Fonds de dotation, afin d'agir concrètement en faveur du renouvellement des forêts françaises.

L'entreprise

API Restauration, quatrième acteur de la restauration collective en France et quatrème opérateur du marché français, gère plus de 1 000 restaurants.

Entreprise familiale et indépendante, créée dans le Nord de la France en 1956, elle est présente dans toutes les régions et se développe aussi en Belgique, en Allemagne et au Luxembourg. Fortement attaché à ses valeurs familiales, API Restauration défend une organisation décentralisée en Région, notamment au niveau de l’approvisionnement auprès des producteurs locaux.

API Restauration mène une démarche volontaire et engagée en faveur du Développement Durable. Parce que les enjeux de la reforestation sont liés à la pérennité d'un modèle agricole soutenable, l'entreprise souhaite agir aux côtés du Fonds en plantant des arbres en forêt.

Notre partenariat

Dans le cadre de la thématique du Fonds "Planter et régénérer pour demain", l'entreprise API Restauration s'est engagée à soutenir un programme de plantation d'envergure en forêt domaniale de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais.

Ce projet s'inscrit dans le contexte des crises sanitaires inédites qui touchent les forêts des Hauts-de France. En forêt de Boulogne-sur-Mer, les frênes ont été touchés par une maladie venue de l’Est : la chalarose.

La chalarose est véhiculée par un champignon de quelques millimètres qui pénètre par les feuilles et provoque leur flétrissement, ce qui fragilise l'arbre, puis entraîne son dépérissement rapide jusqu'à sa mort, avec des risques de chute de branches et de rupture.

Chalarose du frêne - ©ONF

Cette épidémie, particulièrement virulente dans les forêts des Hauts-de-France, a poussé l’ONF à prendre une mesure inédite dans l’histoire de l’établissement : la fermeture au public de cinq forêts domaniales, dont celle de Boulogne en 2018. Le chantier est tel que la reconstruction des forêts durera au moins 20 ans et coutera près de 20 millions d’euros. 

Grâce au soutien d'API Restauration, ce programme de reconstitution permettra de reboiser deux parcelles, et ainsi de remplacer le frêne par d'autres essences (chênes, hêtres, merisiers et tilleuls). Celles-ci ont été choisies pour améliorer la résilience de cette forêt à long terme, dans le contexte du changement climatique.